Bouldistan

Le Bouldistan est un état d’Asie, autrefois appelé Royaume du Shakmarthanandratsmanakdravinandarh. Sa capitale est Bouldishakma (31 habitants).


Géographie :

Superficie : 31 792 km2. Population : 452 hab

D’une superficie modeste, le Bouldistan est morcelé en 72 territoires non limitrophes, répartis sur l’ensemble du continent asiatique. Par conséquent, la plupart des Bouldistanais ne se connaissent pas et n’entretiennent aucune relation de voisinage. Le pays est régi par une monarchie autoritaire mais courtoise. Sa monnaie est la Garpou (un centième de Garpou est un Shapou).

Le pays compte 72 langues officielles. Les principales sont le Boulde, le Shakmar, le Varabi, le Kikoura, le Shrabarnath, le Mahi, le Shabuthi, le Jawadinukawarma.

Le Bouldistan possède une très grande variété de paysages : des vallées tropicales du Kamrahni et de la Grabinhia au plateau désertique de Khi, en passant par le sommet enneigé du Hagadubinandrath (7428,14 m).

Encyclopédie Des Méconnaissances — Bouldistan


Economie :

La principale activité économique du pays est l’élevage de yack (au Nord), dont les poils sont échangés contre les plumes des poules des territoires du Sud. Le Bouldistan est un pays très pauvre, avec un revenu annuel moyen de deux omelettes par habitant.


Histoire :

A la préhistoire, les actuels territoires du Bouldistan étaient occupés par des nomades chasseurs de poule. La plus ancienne présence humaine attestée remonte à 23 000 ans (Homme de Bouldi). Il est probable que des groupes isolés suivant des troupeaux de poules laineuses se sont sédentarisés par désoeuvrement ou par hasard.

Le Shabouna Shakma, admirable chronique rédigée sur du cuir de poule, mentionne un Royaume du Shakmarthanandratsmanakdravinandarh qui aurait prospéré entre les VIIIe et Ve siècles avant Jésus-Christ.

Relativement discret, le Royaume du Shakmarthanandratsmanakdravinandarh se fait oublier pendant plusieurs siècles, et ne réapparaît dans l’Histoire que de façon épisodique.

987 : Après l’absorption d’un thé trop fort, le Roi Banandranath Kiwani Ier lève une armée de 32 fantassins, 18 poules de guerre et un yack blindé, dans l’idée d’envahir la Chine de la dynastie Song. L’Empire du Milieu est alors secoué d’un immense fou rire. Banandranath se vexe et s’en va pêcher la truite pendant 18 ans sur les flancs du Hagadubinandrath.

1062 : L’arrière-petit-fils de Banandranath Kiwani, le fier Banandranath Shoubi, veut laver l’affront fait à son ancêtre et décide de s’envahir lui-même. Le succès de cette auto-campagne de guerre assure la gloire et la postérité à ce souverain, qui est sans aucun doute le personnage le plus populaire de l’Histoire du Bouldistan. Jusqu’au XXe siècle, le monde ne se préoccupe nullement de l’existence du Royaume du Shakmarthanandratsmanakdravinandarh, jusqu’au 12 juillet 1974, où le Premier Ministre Graboundath Grabou déclare à qui veut l’entendre que le Royaume du Shakmarthanandratsmanakdravinandarh s’appellera désormais le Bouldistan, afin de réaliser des économies d’encre et de papier au sein des administrations.


Patati patata