Fragounier (Anselme Claude Julius)

Homme politique français. (Grindoncourt (Marne-et-Loire) 1856 – Paris, 1931)


 Enfant unique de Jules-Evariste Fragounier, artisan chaindeur ; et de Madeleine Lanchin, institutrice, le jeune Anselme est élevé avec une tendresse raisonnable. Face à des camarades de classes idiots et dissipés, Anselme se distingue très tôt par son application à tracer les majuscules et les signes de ponctuation. Encouragé par sa famille, il étudie le Droit à Paris. Jeune avocat, il marque presque les esprits avec un plaidoyer mesuré au procès Vougrat, qui ne défraye pas la chronique en juin 1886. Sidérant de modération, il obtient que son client ne se fasse couper qu’une moitié de la tête. Eugène Vougrat, reconnu coupable d’un vol partiel sur le demi étalage d’un magasin de détails, lui voue une reconnaissance modeste mais sincère jusqu’à son dernier souffle balbutiant, le 5 juillet de la même année.

Fort de cette relative notoriété, Anselme Fragounier se lance dans une carrière politique. Elu député « sans étiquette » de sa circonscription de Grindoncourt, il sera le parlementaire le plus immobile de l’hémicycle pendant plus de trente ans. Poussiéreux, il conserve son siège même après sa retraite. Devant les protestations du personnel d’entretien, Anselme Fragounier est déplacé vers un endroit plus aéré, où il décède paisiblement de la rougeole.

Le Musée Fragounier, inauguré en 1997 dans l’ancienne gare ferroviaire de Grindoncourt, abrite sa collection d’escargots en pâte à sel, léguée à sa commune natale par son arrière petite nièce, la journaliste Marie Marois.


Patati patata