Hargiste

Ancienne arme de siège, utilisée de l’Antiquité jusqu’au XVIIe siècle, avec quelques interruptions aux époques où les gens réfléchissaient un peu.

L’hargiste se compose d’un tronc d’arbre plus ou moins travaillé, aux extrémités duquel deux fauteuils sont posés. Le tronc repose en son milieu sur un boudin en pierre. La seconde partie de l’hargiste est un escalier monté sur roues, indépendant du système précédemment décrit.

Le fonctionnement de l’hargiste est simple, mais il repose sur l’engagement physique des hargistiers. L’hargistier est vêtu d’une armure en cuir de bélier garnie de piquants. Un hargistier s’installe sur un fauteuil, tandis qu’un autre gravit l’escalier. Lorsque le second arrive en haut de l’escalier, il dit « hop » sans crier, et se laisse tomber sur le fauteuil vide. Le premier est alors propulsé dans les airs, afin de franchir les remparts de la place à prendre, tomber sur des ennemis, et les piquer avec ses piquants. Après quoi, il est mis en prison, ou tapé, ou massacré, ou les trois à la fois, par les ennemis.

Ensuite, l’hargistier sauteur prend la place de son prédécesseur, et se retrouve à son tour propulsé par un autre hargistier.

En -43, l’hargiste a permis la prise de Nima aux troupes romaines du général Fassius, mais avec bien du mal.

D’après un poème du XIVe siècle, Jeanne d’Arc aurait été une excellente hargistière, bien que sa pratique ait été purement récréative.

Bavardages

Patati patata