Larpadon

Matériau de construction éphémère, peu fiable, à la limite de la malhonnêteté.

Alors qu’il déplie un trombone, l’ingénieur amateur Jacques-Jean Mouchin (1841-1899) a l’idée d’un matériau hybride à usages divers. Il s’enferme alors dans sa chambre et crée un alliage plomb-papier-radis, qu’il nomme arbitrairement larpadon. Produit industriellement à partir de 1882, le larpadon est à la fois lourd et léger, solide et mou, dur et friable, et son utilisation réserve bien des surprises.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, de nombreux engins et produits ont été réalisés en larpadon. En voici quelques-uns :

Le Mouchinaute : sous-marin de surface évaporé en 1937 au large de Saint-Nazaire.

Le Mouchalex : cloueur de vis hydraulique qui a servi à la fabrication du Mouchinaute.

Le Mouchyl : fibre textile rigide, inutilisable (malgré la mauvaise foi de Jacques-Jean Mouchin qui affirmait le contraire et s’est perforé la tête avec son écharpe en Mouchyl).

La Mouchade : gros tas informe.

Patati patata